Aides humanitaires : Les relations inter coréennes sont-elles ambigües?
Dessin de Michel Kichka

Aides humanitaires : Les relations inter coréennes sont-elles ambigües?

Depuis 1953, date de la signature de l’armistice entre les deux Corées, les relations entre les deux voisins de la péninsule sont passées par différentes phases.

Il faut rappeler que les belligérants à la fin du conflit, n’ont jamais signé de traité de paix et que par conséquent ils sont virtuellement toujours en guerre et cela se ressent très bien quand vous allez à la frontière entre les deux pays. Le site de Pamumjom où se trouve le baraquement où les deux parties ont signé l’armistice et qui se situe à cheval sur la frontière séparant le Sud et le Nord, avec des deux côtés des soldats immobiles qui se défient dans une position de taekwendo, en dit long sur l’état des relations entre les deux « Républiques ».

Qu’elles sont alors ces différentes phases? Il y a eu des phases de fortes tensions avec des conflits armés localisés et contenus, particulièrement dans les zones de pêches près des îles de Yeonpyeong et Daecheong avec un bombardement en 1999 sur la première et un échange tirs entre les deux flottes près de la seconde en 2009. On ne peut pas non plus oublier les multiples infiltrations d’espions nord coréens en Corée du Sud pendant une période assez longue entre 1968 et 1980 qui se sont systématiquement terminées par un un bain de sang. Néanmoins avec l’élection de Kim Dae-Jung et la mise en place de sa « Sunshine policy » les relations inter coréennes se sont améliorées depuis la visite de ce dernier à Pyongyang en 2000. Plusieurs évènements ont marqué une volonté de dialoguer, comme la signature d’une déclaration commune par Kim Dae-Jung et Kim Jong-Il alors leader nord-coréen, de tout faire pour maintenir la paix dans la péninsule en 2000 puis en 2007 avec le nouveau président sud coréen Roh Moo-Hyun.

A la fin des années 90, sous l’impulsion de Chung Ju-Yung, fondateur du conglomérat sud coréen Hyundai, né en Corée du Nord, des aides sont envoyées pour soutenir le peuple nord coréen qui meurt de faim suite à des inondations terribles dans le nord du pays. Les accords qui vont en découler vont permettre, de créer une ligne de chemin de fer inter coréenne, la visite par des touristes sud coréens du mont Kumgangsan et la création d’une zone d’activité à Kaesong où les conglomérats sud coréens « chaebols » investissent et utilisent la main d’oeuvre nord coréenne.

En novembre 2008, de nouvelles tensions se produisent avec de nouveaux essais nucléaires. La zone d’activité de Kaesong est fermée et toute relation avec le Sud est interdite. Depuis l’arrivée de Kim Jung-Un les relations inter coréennes ne s’améliorent pas, loin s’en faut et le ton belliqueux qu’utilise le leader nord coréen correspond à une volonté de la Corée du Nord de retourner à une période de guerre larvée.

Néanmoins le gouvernent sud coréen fait bien le distinguo entre le leader nord coréen et le peuple. Il n’a cessé que très rarement de fournir des aides humanitaires au peuple du nord, la preuve encore, cette décision récente de donner 8 millions de dollars en médicaments, vaccins et soins pour leurs voisins nord coréens qu’ils considèrent comme pris en otages dans cette folie nucléaire. C’est une preuve d’intelligence que certains sud coréens critiquent et ne comprennent pas étant donné un contexte très tendu avec le régime nord coréen. Voir le lien ci-dessous.

https://www.ouest-france.fr/monde/coree-du-nord/seoul-approuve-l-envoi-d-une-aide-humanitaire-la-coree-du-nord-5261728

Laisser un commentaire

Fermer le menu